Au cœur d’une région d’éleveurs d’ovins : le Bokashi est la solution !

Nous nous sommes rendus dans l’entreprise Euro Phyto au cœur de l’Aveyron. Une région d’élevage importante dans laquelle cinq conseillers interviennent aussi bien en Aveyron que sur départements limitrophes (Lot, Cantal, Lozère, Tarn et Tarn-et-Garonne).

Nous avons rencontré des éleveurs de bovins, de caprins et majoritairement d’ovins. En effet, la région Occitanie est la première région ovine de France avec près de 6 000 exploitations professionnelles, pour un cheptel de 1 440 000 brebis. Les ovins sont importants en France, outre la production de viande et de lait, également pour l'entretien des espaces naturels.

Outre le fait que le paysage est magnifiquement décoré de moutons en train de paître, les éleveurs rencontrent également certaines difficultés.  Des contraintes liées à l'ambiance des bâtiments lors de la période hivernale, lorsque les moutons sont à l'intérieur, ainsi que la manutention du fumier et le manque de quantité de ce dernier pour amender la totalité des surfaces. 

Afin d’améliorer le bien-être animal, nous devons les aider à réduire l’émission d’ammoniac et d’odeur, et diminuer les déperditions de carbone (carburant des micro-organismes du sol) et d’azote. Pour cela, il nous a semblé pertinent de leur présenter la technologie des EM.

Agriton apporte ici une valeur ajoutée.   Dans les écuries, nous assurons une réduction significative de l'émission d'ammoniac, ce qui améliore également l'odeur dans les écuries, avec l'avantage supplémentaire d'une litière sèche.  En travaillant sur ce point, le logement est plus agréable pour les animaux comme pour l'agriculteur. 

Le fumier est également optimisé en fixant le carbone et l'azote dans le fumier, qui peuvent être restitués au sol.  Il s'agit d'une optimisation de l'agro-écologie où le bien-être des animaux et de la nature est pris en compte.   Ainsi, l'herbe et les champs peuvent être à nouveau alimentés avec du carbone naturel et de l'azote provenant de leur propre élevage.  

En effet, une fermentation anaérobie permettrait d’améliorer la quantité, les valeurs et l’énergie des fumiers pour les restituer au niveau du sols.

Le procédé des EM a énormément plu. Les éleveurs sont demandeurs et sont prêts à réaliser des Bokashi au sein de leurs élevages. Grâce à ce dernier, les bactéries n’orienteront pas la litière vers la pourriture (putréfaction) comme cela est souvent le cas, mais vers une fermentation contrôlée (maturation).

A suivre…

Commentaires (0)

Pour une meilleure expérience utilisateur nous utilisons des cookies, en continuant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies