Le cycle "sol-plante-matière organique" est présent naturellement dans la nature, les forêts, mais également dans l’arboriculture, qu’elle soit fruitière ou non. En agissant sur les différents maillons de ce cycle, on optimise la fertilité du sol ainsi que la croissance, le développement et la productivité des arbres.

Optimisation des processus biologiques

Le Microferm est une solution active de Micro-organismes Efficaces (EM®). Il permet  à la fois d’orienter la décomposition de la matière organique vers un processus de fermentation, et non vers la putréfaction. Mais également de coloniser le sol, les arbres, et les fruits, avec de nombreux micro-organismes bénéfiques, d’origine naturelle. Cette colonisation, suit le principe de dominance, et influence donc positivement le milieu. Le développement d’agents pathogènes est alors fortement inhibé.  

Le Previsan S est aussi un mélange à base d’EM®. Il contient, en plus de cette microbiologie, un liant 100% organique, qui permet au produit de se fixer sur les feuilles. Les EM® présents dans le Previsan S restent donc plus longtemps en place, et leur efficacité est prolongée dans le temps.
 
L’EM Super Cera® est une poudre, produite par la fermentation d’argile de Seto par les Micro-organismes Efficaces, puis cuite à très haute température pour former de la céramique. Les EM® ne survivent pas à cette cuisson, mais la technologie EM® reste active grâce à différentes vibrations, émises par la céramique formée.

L’EM Super Cera® est très riche en silicium (80% SiO2). Elle doit cela à ses composants principaux (le quart et la mullite). De plus, sa finesse (7 microns), la rend facilement absorbable par les stomates de la plante. Elle peut alors créer une barrière physique pour les pathogènes.

MARS – AVRIL : 2 à 3 passages d’une dilution de Microferm, par temps humide de préférence, pour optimiser la colonisation du sol.
              Estimation moyenne de Microferm utilisé : 10 L / passage / ha

AVRIL – SEPTEMBRE : 8 à 10 passages d’une solution comprenant du Microferm, de la poudre EM Super Cera® et du Previsan S. Depuis le développement des premières feuilles, jusqu’à la chute des feuilles, ou jusqu’à la récolte, si la production est fruitière. Privilégiez un temps sec, pendant la phase de rosée, pour que les stomates soient ouverts.

1 L de Microferm + 1 L de Previsan S + 100 g d’EM Super Cera® / 100 L d’eau.

              On compte entre 100 et 150 L de solution par hectare. Vous pouvez toutefois adapter cette quantité en fonction de votre matériel, des conditions, etc.

OCTOBRE – NOVEMBRE : 1 passage d’une dilution de Microferm au début de la chute des feuilles, 1 passage à 50% de la chute, 1 passage une fois la chute terminée.

La quantité d’eau est à adapter en fonction du climat, de la taille de la plante (surface à coloniser différente), etc. Préférez également une eau de pluie ou de puisage, qui sera moins riche en chlore.
              Estimation moyenne de Microferm utilisé : 10 L / passage / ha

En cas de stress (humidité forte, risque de développement de pathogènes), il est préférable d’augmenter la fréquence des apports plutôt que la dose des produits par passage.


              Le Microferm est miscible à différents produits phytosanitaires. Rapprochez-vous de votre conseiller pour les connaître.

  • Le Microferm, l’Aegir, le Vulkamin et l’Edasil® sont utilisables en Agriculture Biologique (UAB)
  • L’utilisation de la gamme EM Agriton s’inscrit parfaitement dans la démarche HVE (Haute Valeur Environnementale), puisqu’en valorisant la matière organique produite sur votre exploitation : feuilles, marc, vous limitez votre besoin en intrants organiques ou chimiques (compost, engrais).
  • Les produits EM Agriton ne sont pas dangereux, et ne nécessitent donc pas d’EPI (Équipement de Protection Individuelle)
  • Les produits de la gamme ne sont pas dangereux pour les abeilles. Au contraire, le Microferm et la poudre Super Cera® peuvent être utilisés dans les ruches.

Pour aller plus loin dans le recyclage des biodéchets

Oubliez le compost, et pensez désormais au Bokashi (qui signifie « Matière organique bien fermentée » en Japonais).
La production de Bokashi permet de valoriser l’ensemble des matières organiques.
Alors que le compostage traditionnel est basé sur la réaction d’oxydation, le Bokashi se base sur la réaction de fermentation. Utiliser le processus de fermentation plutôt que l’oxydation possède également d’autres avantages, comme la conservation de carbone dans la matière, et donc le retour au sol de celui-ci plutôt que sa volatilisation sous forme de CO2. Les émissions de gaz à effet de serre peuvent ainsi être fortement réduites.

Découvrez comment faire du Bokashi à l’aide de résidus de tonte, de feuilles mortes, ou encore de restes de pulpe

Tous les ans, apportez 10 à 30 T de Bokashi / hectare. Cette quantité sera à adapter selon les besoins du sol, d’une part, et sa capacité à dégrader la matière organique, d’autre part.

Tous les ans, apportez 10 à 30 T de Bokashi / hectare. Cette quantité sera à adapter selon les besoins du sol, d’une part, et sa capacité à dégrader la matière organique, d’autre part.

Tous les ans, apportez 10 à 30 T de Bokashi / hectare. Cette quantité sera à adapter selon les besoins du sol, d’une part, et sa capacité à dégrader la matière organique, d’autre part.

Pour une meilleure expérience utilisateur nous utilisons des cookies, en continuant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies